News Sorties

The Epicurean : et si les blended malt étaient l’avenir du whisky ?

Douglas Laing à le vent en poupe et de la créativité à revendre. Après le succès du Big Peat, l’idée était de créer des Blend pour chaque région d’Écosse. Le petit nouveau se nomme The Epicurean, un assemblage de whisky des Lowlands.

the-epicurean-bottle

The Epicurean, Timorous Beastie, Scallywag, Rock Oyster et Big Peat : un tour d’Écosse en 5 whiskies

Le dernier né de la gamme « Blended » débarque sur les étals. Il rejoint Timorous Beastie (Highlands), Scallywag (Speyside), Rock Oyster (Islands) et Big Peat (Islay). Composé de single malts des Lowlands, il est mis en bouteille à 46,2% et devrait être vendu aux alentours d’une cinquantaine d’euro. Sa composition est pour l’instant un mystère. On peut aisément imaginer une dose d’Auchentoshan et/ou de Glenkichie, qui sont les distilleries les plus productives de la région. Peut être y a t-il un soupçon d’Ailsa Bay, qui pourrait apporter une pointe de tourbe, et on peut également espérer quelques fûts de distilleries fermées comme Littlemill, Saint Magdalene ou Rosebank, à l’instar du Port Ellen dans la composition du Big Peat. Gustativement, on peut s’attendre à un whisky léger, aux arômes fruités et herbacés, typique des productions de la région.

Avec cette nouvelle release, Douglas Laing confirme sa volonté d’être un embouteilleur atypique en ajoutant à son catalogue des créations exclusives et de qualité.

Le Blended Malt : l’avenir du whisky ?

Il semblerait que les Blended Malt aient le vent en poupe. La difficulté grandissante pour les embouteilleurs indépendant à mettre la main sur des fûts d’exception, la diminution des stocks de malts âgés et la flambée des prix les poussent à mettre au point de nouvelle recettes commerciales et gustatives. Compass Box, qui pratique l’exercice depuis un bon nombre d’années, a su prouver que le succès était souvent au rendez-vous.

Une bonne chose pour le consommateur ?

Cette évolution confirme une tendance : l’industrie du whisky est en pleine mutation. La banalisation des NAS (whisky sans mention d’âge) aux qualités gustatives contestables (voir ici, , et pourquoi pas ici aussi) ne semble pas être une direction d’avenir. J’ai bon espoir que ces « Single NAS » disparaissent au profit de créations originales, de caractère avec une réelle personnalité, comme les créations de Compass Box ou Douglas Laing. Pour peu que le combat de John Glaser qui prône plus de transparence dans la composition des Blend aboutisse a un assouplissement des règles, l’industrie du whisky devrait laisser tombé son long manteau de poussière pour le plus grand bonheur du consommateur.

1 commentaire

Laisser un commentaire