Dégustations Springbank Whisky

Springbank 1965 Miller & Landau – 29 ans – 46%

Qu’est-ce qui bon et méconnu ? Jonathan… Landau, Ian Miller et leur Springbank, évidemment ! On a que très peu d’informations sur ce Springbank, si ce n’est qu’il a été distillé en 1965, mis en bouteille en 1994 et qu’il a passé ces 29 années dans un fût de Sherry. Embouteillé à 46%, voyons ce que ce Springbank 1965 Miller & Landau nous propose.

Nez : au premier abord, disons-le, c’est plutôt agressif et les arômes peu expressifs. Mais, juste au premier abord. Après une longue aération, c’est la révélation. Des notes d’orange, de bergamote et de citron confit, avec une douceur miellée, une pointe de vanille. Une jolie rondeur est amenée par des notes de fruits frais comme la pêche de vigne et l’abricot. Le chocolat et la mousse de lait renforcent cette sensation de douceur. Le tout est souligné de notes fraiches d’eucalyptus. Ce Springbank est surprenant de précision, chaque arôme est à sa place et dialogue à la perfection avec ses voisins. On retrouve la typicité de Springbank (minéralité, fumée légère) mais avec une rondeur qu’on ne croise que rarement dans les expressions de la distillerie.

Bouche : doux mais avec une belle puissance. C’est toujours aussi rond qu’au nez, avec des notes d’Amacha et sa fameuse texture iodée. Le côté pâtissier est bien présent, avec des notes de compote de pomme, de vanille, de miel, de chocolat, et d’agrumes confits. On trouve davantage de fraicheur ici avec des notes d’eucalyptus, de verveine citronnée mais aussi de réglisse. C’est gourmand et équilibré. La minéralité est en retrait, tout comme la fumée et les épices même si elle reviennent sur le devant de la scène en deuxième partie de bouche. Le tout est cohérent et très très bien ordonné.

Finale : puissante et persistante. C’est frais, fruité, citronné et la minéralité reprend un peu sa place dans le profil de Springbank. Le thé vert et la réglisse restent des heures en bouche. Superbe.

3 commentaires

Laisser un commentaire