Dégustations Karuizawa Whisky

Karuizawa 1967/2009 cask 6426 – 58,4%

On ne présente plus Karuizawa, la distillerie nippone qui a tenu son petit rôle dans la flambée des prix il y a trois ans. Aujourd’hui je déguste le Karuizawa 1967 cask 6426, embouteillé à 58,4%, disponible aujourd’hui pour la modique somme de 13500 €… Bref, oublions le prix et concentrons-nous sur ce qu’il y a dans le verre !

Nez : extrême. D’une puissance rare. Vous connaissiez les Sherry monster ? Revoyez votre référentiel, on est ici dans une autre dimension, celle du tout pareil, mais pas tout à fait… Des notes de café très prononcées, du cacao, des pruneaux, des fruits secs, un petit côté acidulé, des notes de vinaigre, mais surtout du bois. Beaucoup. Très. Trop. L’ouverture devrait arranger cela. Des notes plus fraiches apparaissent, allégeant l’impression globale de ce Karuizawa 1967. Progressivement, d’autres arômes se révèlent : fruits à coque (noisettes, noix), caramel brulé, bâton de réglisse. Cuir. Un nez qui n’évoluera pas avec la dilution du whisky, malheureusement, même après une multitude de tentatives 3h durant… Ce Karuizawa 1967 est têtu !

Bouche : chaude, impressionnante. Les arômes sont toujours liés les uns aux autres. On reste sur des notes classiques de Sherry, de bois. C’est sec et peu expressif. On a quelques notes fraiches, des notes de fruits rouges, de cire, de vieux meubles, de vernis. L’ensemble des arômes semble prisonnier. Un trait d’eau semble indispensable pour libérer le loup… L’ajout d’eau rend l’ensemble plus frais, plus vif, mais il ne se passe toujours pas grand chose dans le verre. La frustration monte. Du pain d’épice et un peu plus de fruits avec l’ajout d’eau. Par contre, le coté frais et acidulé se développe et donne une autre dimension. Notes de viande carnée, barbecue. Un petit côté poivré et pimenté avec une pointe de gingembre se développe. L’ensemble se complexifie, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Finale : court en bouche, avec des notes fraiche de menthe et d’eucalyptus très persistantes.

3 commentaires

Laisser un commentaire