Balvenie (The) Dégustations

Balvenie fifty – 50y – 1962/2012 – cask 5576 – 44,1% – OB

Le monde du whisky est fascinant. Les gens qu’on y côtoie sont incroyables : par leur culture, par leur passion, mais aussi par leur générosité. C’est grâce à une jolie rencontre que j’ai pu déguster ce whisky exceptionnel, mis en bouteille pour célébrer les 50 ans de carrière de David Stewart. Damien Anglada, Brand Ambassador de Balvenie en France, m’a fait l’honneur de bien vouloir partager ce malt unique, tant par sa rareté que son âge et son prix. Voilà quelques semaines que j’ai en ma possession un échantillon, mais il est toujours très difficile de trouver LE moment idoine pour le déguster. Ce soir, j’ai osé et je me suis servi deux centilitres de ce précieux breuvage, en mesurant largement la place de privilégié que j’avais. Encore merci à Damien.

balvenie-50Nez : la première impression est celle d’un bloc d’arômes indissociables les uns des autres, compte tenu de l’homogénéité parfaite de ce whisky. Il n’y a pas de doute, le temps à fait son travail. Rien ne dépasse, tout est fondu. ll ne va pas être aisé de démêler tout ça. D’une manière générale, l’ensemble est doux et soyeux, délicat. Les premiers arômes qui se détachent sont fruités, plutôt exotiques : mangue, ananas, papaye, banane. La vanille et le miel nous laissent penser que ce whisky a vieilli en fût de bourbon. Et bien, on se trompe complètement ! C’est bien un fût de Xérès qui a servi au vieillissement de ce malt. Le nez est d’une richesse rare. Toutes les familles d’arômes y passent. Des notes fleuries sous-jacentes sont très agréables : jasmin, rose, violette, hibiscus. Le chocolat, les raisins secs, la frangipane nous rappellent le fût de Xérès, alors qu’au même moment, la menthe, la framboise, le cassis, le santal, la cannelle, la pistache nous font voyager dans un autre univers. C’est complètement bluffant. Un multitude d’arômes dans ce tout petit centilitre de whisky, c’est presque magique.

Bouche : tout comme la première impression au nez, la texture est très douce et soyeuse, presque crémeuse. C’est chaud et réconfortant. On a envie de boire ce dram au coin du feu. Malgré l’âge et le degré d’alcool peu élevé, ce Balvenie 50 ans a conservé une bonne dose de vigueur, même si ça n’est pas un monstre de puissance. Il a du corps, mais tout est dans la délicatesse. Les fruits exotiques sont toujours très présents, tout comme les fruits rouges, avec des notes de confiture de framboise à la menthe. La vanille et le miel s’accordent très bien avec le chocolat, la cannelle et les fruits exotiques. Le côté fleuri est également très présent, notamment avec le jasmin et l’hibiscus. L’ensemble est très gourmand. Encore une fois, la nature du fût devient anecdotique, tant la palette aromatique est étendue.

Finale : Assez forte, sur le jasmin, l’hibiscus, la cannelle et les fruits exotiques, mais malheureusement, l’ensemble ne reste pas très longtemps en bouche.

Laisser un commentaire