News Sorties

Ardbeg Dark Cove : la crique sombre à l’opacité douteuse

Devenu davantage une marque, un produit de spéculation qu’un whisky, Ardbeg va de nouveau enflammer la maltosphère en mettant sur le marché sa désormais célèbre sortie annuelle lors de l’Ardbeg Day. Après l’Ardbog, l’Auriverdes ou encore le Perpetuum, cette année c’est le Ardbeg Dark Cove qui créera la fièvre annuelle.

Ardbeg Dark Cove : retour sur la sombre histoire d’Islay

Le storytelling est une bonne méthode marketing et Ardbeg en use et en abuse. Cette année, le service com’ du groupe revient sur une période sombre de l’histoire d’Islay. Avant que John MacDougall n’ouvre officiellement Ardbeg en 1815, du whisky était produit sur l’île par des « smugglers », des distillateurs clandestins, qui officiaient dans des grottes et plages accessibles uniquement par la crique où sera située Ardbeg. Les contrebandiers ne voyageaient que de nuit de pleine lune sur des canots chargés de provisions, de tourbe, de jarres et de fûts. Comme d’habitude, pour illustrer cette histoire, un jolie vidéo a été réalisée :

C’est bien beau, mais y’a quoi dans la bouteille ?

ardbeg-dark-coveEn voilà une bien jolie question ! D’autant plus que, cette année il n’y aura pas une bouteille, mais deux ! En effet, une « pré-sortie » a eu lieu à la fin du mois de mars avec une édition « committee », embouteillée à 55%. Cette version limitée disponible sur le site de la distillerie pour une centaine d’euro à été tellement convoitée que le second marché en a été inondé dans les jours qui ont suivi sa sortie. Cela en dit long sur le profil type de l’amateur d’Ardbeg : le spéculateur ou le collectionneur. Quant à la version classique, elle sortira à la fin du mois de mai, lors de L’Ardbeg Day, et titrera à 46,5%.

L’Ardbeg Dark Cove se targue d’être le plus sombre jamais produit dans la distillerie. Le filon du « dark » est exploité jusqu’à la dernière goutte. Par exemple, ce whisky a été élaboré à partir de fût ayant contenu du « dark sherry ». En règle générale, on annonce quel type de fût de sherry a été utilisé. « Dark Sherry » ne voulant pas dire grand chose, on pourrait croire qu’il s’agît de Perdo Jimenez, le plus sombre dans la déclinaison des Sherry. On peut donc s’attendre à un whisky assez rond et sucré, d’autant qu’une proportion des whiskies composant le Dark Cove sont issus de fût de Bourbon.

De l’obscurité à l’opacité, il n’y a qu’un pas

Encore une fois, nous en savons peu sur la composition de ce whisky. Nous ne connaissons pas son âge, pas la durée de finition ni la proportion de fûts de bourbon et de fûts de sherry. Il semblerait que l’amateur doive faire une confiance aveugle dans le marketing d’Ardbeg : « On ne vous dit pas ce que c’est, mais achetez les yeux fermés ». On comprend mieux la notion du « dark », effectivement…

 

Laisser un commentaire